1) Description des pêcheries de crabe dans la région d'Ambanja - Ambilobe

  • Description des mangroves de la Baie d’Ambaro et de Tsimiaipaka

Dans le cadre du projet CORECRABE la zone 1 – Ambanja se limite à 2 baies contiguës: La baie d’Ambaro et la baie de Tsimiaipaka.

La zone intègre les districts d’Ambanja et d’Ambilobe. Cette zone recèle la deuxième plus grande mangrove de l’île qui s’étend sur environ 90 km et 28 000 ha et assemble les deltas des rivières Mahavany (nord) et Ifasy. La mangrove débute à environ 60 km au nord d’Ambanja. L’accès à la zone est possible par voie terrestre pendant la saison sèche mais est extrêmement difficile d’accès durant  la saison humide.

La zone est exploitée depuis plusieurs années avec une pression de pêche relativement faible (comparée à Mahajanga). Cependant, il est probable que la collecte de crevettes s’y soit diversifiée vers le crabe ces dernières années. Connu pour ces ressources halieutiques importantes, la région est gérée depuis quelques années par le PAP BATAN

  • Les pêcheurs de crabe de la région de d’Ambanja – Ambilobe

La pêche de crabe de mangrove n’est pas la principale source de revenus de la région. De nombreuses autres filières comme la crevette ou le poisson sont préférentiellement exploités par les communautés de pêcheurs de la région. La pêche est une activité masculine mais l’ensemble d’un foyer peu participer à l’activité.

  • Circuit de commercialisation

Le schéma ci-dessous présente le circuit de commercialisation du crabe de mangrove dans la région Ambanja – Ambilobe :

(en cours d’écriture)

2) Le Suivi des pêcheries d'Ambanja - Ambilobe

  • Sélection des sites de suivi des pêcheries

Suite à la réunion du GT « BATAN-CRABE », un premier suivi est mis en place sur la région d’Ambanja. Il est constaté que  plusieurs villages entrent dans le suivi d’ors et déjà mis en place par les ONG locaux , à savoir le Blue Ventures et le WWF. 

La stratégie de CORECRABE vise à venir en compléments des acteurs locaux présent depuis plusieurs années. Ainsi il s’avère peu judicieux de mettre en place un suivi auprès de village déjà intégré dans un des suivis locaux. 

Parmi l’ensemble des villages visités dans le cadre de l’enquête socio-économique du CERED, le village d’Ankotika a été retenu pour installer le premier suivi des captures du projet. Par le biais du RENAFEP-MADA,  une enquêtrice est affilié au village et est en charge de la collecte de données auprès des pêcheurs et de collecte des fiches d’enquêtes auprès des acteurs volontaires du suivi (pêcheurs et sous-collecteur).

  • Techniques de pêches au crabe utilisées
pêche au crochet (ambanja)

La pêche au crochet 

  • Nom locale : « Fiavitry »
  • Engin(s) Accessoire(s) : non renseigné
  • Utilisation : Les pêcheurs peuvent emmener plusieurs crochets de tailles différentes pendant la sortie de pêche. Ils explorent les forêts de mangrove à pied pendant les marées basses et capturent les crabes dans leur terrier. Les crochets peuvent être en fer ou en bois de palétuviers taillée.
  • Zone d’utilisation : Technique présente dans toute la région
  • Poids des captures/sorties/pêcheur : non renseigné
pêche à la ligne (ambanja)

La pêche à la ligne 

  • Nom locale : « Vintana »
  • Engin(s) Accessoire(s) : Les pêcheurs utilisent une raquette pour faciliter la récupération des crabes. Cette raquette est fabriquée avec un cerceau de bois et corde en nylon ou des morceaux de filet.
  • Utilisation : La ligne est constituée d’une corde de 3 à 5 m de long environ, lestée de coquillage ou d’une pierre et appâtée. Un flotteur (bouteille plastique ou morceau de bois) permet de repérer la ligne. Les pêcheurs peuvent emmener plusieurs lignes lors d’une sortie. Elle est déployée à partir de pirogue ou sur les berges. L’utilisation de la ligne se fait préférentiellement pendant les marées de vives eaux au niveau des chenaux de mangrove.
  • Zone d’utilisation : Technique présente dans toute la région
  • Poids des captures/sorties/pêcheur : non renseigné
raquette (ambanja)

La pêche à la raquette

  • Nom locale : « Fisaoko »
  • Engin(s) Accessoire(s) : Durant une pêche de nuit, les pêcheurs s’équipent également d’une torche.
  • Utilisation : La pêche à la raquette se pratique « à vue » à marée basse, à pied ou plus rarement en pirogue, généralement en bordure de mangrove et parfois la nuit. Elle cible les crabes qui se promènent, hors de leur terrier. 
  • Zone d’utilisation : Technique présente dans toute la région
  • Poids des captures/sorties/pêcheur : non renseigné

3) Le 1er Atelier "CRABE-BATAN"

  • Création du Groupe de Travail « CRABE-BATAN »

Le Groupe de travail « Gestion et gouvernance de la filière du crabe de mangrove dans la zone d’Ambanja-Ambilobe » (ou GT CRABE-BATAN) cible la pêcherie et la filière au niveau de la côte ouest de la région Diana. Pour protéger la diversité et la richesse de la région et faire face à la dégradation des habitats ; à l’insécurité des faibles revenus des communautés locales et du faible suivis des ressources halieutique, la zone a fait l’objet d’un plan d’aménagement des pêcheries (PAP BATAN) depuis 2017 (Arrêté ministériel N°14191/2017/MRHP du 9 juin 2017). La mise en place du PAP s’est fait en étroite collaboration avec les fédérations de pêcheurs et les différentes ONG présentes : Blue Venture, WCS et WWF. Elle représente une superficie de 13 950 km² et couvre les  Baies d’Ambaro, de Tsimipaika, d’Ampasindava et l’Archipel de Nosy Be. Le PAP inclue la pêcherie de crabe de mangrove, d’où le nom proposé pour le GT « BATAN-CRABE ».  Le GT CRABE-BATAN intervient notamment en appui à la création d’une plateforme de cogestion de la filière crabe par le programme SWIOFISH2 du MAEP dans la région nord-ouest de Madagascar. Cette plateforme de concertation vise à rassembler les acteurs de la filière crabe : acteurs directs (pêcheurs, mareyeurs, collecteurs, exportateurs) et indirects (Région, communes, services techniques, projets de développement et organisations de recherche).

  • Organisation du GT 

Il est proposé que le GT BATAN-CRABE fonctionne par des réunions successives de 2020 à 2023, avec une organisation de travail qui suit la démarche de recherche-action prônée par CORECRABE comme illustré dans la présentation ci-dessous:

Le lancement du GT CRABE-BATAN a été effectué le 6 novembre 2020 à Ambanja, co-organisé avec le programme SWIOFISH2 et à l’invitation de la Préfecture de la région Atsiranana. Cette première réunion du GT visait spécifiquement les étapes de Diagnostic et de Planification. 

  • Objectifs spécifiques du 1er GT « BATAN-CRABE »

Les objectifs spécifiques de ce premier atelier du GT « BATAN-CRABE » sont: 

  1. Composer un premier collectif de représentants des parties prenantes de la filière crabe dans la zone d’Ambanja-Ambilobe
  2. Initier la démarche de modélisation d’accompagnement et obtenir l’adhésion du collectif
  3. Co-construire avec ce collectif un premier modèle conceptuel de la filière crabe dans la zone lors d’un atelier de diagnostic (appelé ADIAG)
  4. Réfléchir conjointement sur des complémentarités et synergies entre les actions du projet CORECRABE et d’autres interventions, dont les actions programmées et potentielles du projet SWIOFish2. Des opportunités de collaboration et d’action concrètes sont identifiées, pour compléter et renforcer les activités le long de la filière crabe de mangrove.
  • Résultats et conclusions du 1er GT « BATAN-CRABE »

Les premiers retours des participants ont été positifs. Les participants ont déclaré être satisfaits de la démarche engagée et intéressés par une collaboration plus approfondie avec les projets SWIOFish2 et CORECRABE dans le cadre du Groupe de Travail créé à cette occasion, notamment pour suivre la mise en œuvre des actions par rapport aux problèmes identifiés. A la suite de cette première expérience jugée réussi, une meilleure proximité entre les équipes de ces deux projets sera cependant utile pour mettre en œuvre en pratique les synergies exposées. Il a été formulés durant l’atelier, plusieurs recommandations pour l’amélioration du fonctionnement et de la performance socioéconomique et écologique de la filière dans la zone:

  1. Fermeture nationale de la pêche: la saison de fermeture de la pêche ne devrait pas être fixée de manière aussi brutale/rapide que cette année 2020 et recommande de définir une saison fixe.
  2. Non-respect de la réglementation de la pêche sur la taille minimale de 11 cm de largeur de céphalothorax: le GT souligne que le contrôle du respect des tailles de capture devrait être éffectués auprès des petits et gros sous-collecteurs par les agents du Centre de Surveillance des Pêches (CSP) du MAEP.
  3. Prix d’achat des crabes: Le prix d’achat des sociétés de collecte est jugé insuffisant par les pêcheurs et les mareyeurs/petits collecteurs, compte tenu de la valeur ajoutée des crabes vivants : le GT propose de réfléchir à un « prix acceptable » pour définir un prix minimum (mais pouvant augmenter en fonction du marché, de la taille des crabes, etc.). Une étude de la distribution de la rente dans la filière est approuvée pour apporter des éléments sur cette question.
  4. Engins et techniques de pêche: Actuellement la pêche à la balance (garygary) est promue par les ONGs et le projet SWIOFish2 dans la zone BATAN, afin d’améliorer la valeur ajoutée des crabes sur le marché d’export. L’interdiction de la pêche au crochet par le décret de création du PAP-BATAN en 2017 n’est en outre pas mise en œuvre dans les faits : le constat montre qu’elle reste très majoritaire dans certains villages. Certains participants ont ainsi demandé une révision de l’arrêté du PAP BATAN pour supprimer cette interdiction qui les place dans l’illégalité. Le GT pose la question d’une étude sur la sélectivité et l’impact des deux pratiques (pêche au crochet et balances) pour améliorer les pratiques de pêche et diminuer les mauvaises pratiques par une meilleure sensibilisation des pêcheurs.

L’ensemble des détails de ce premier GT « BATAN-CRABE » est disponible en téléchargeant le Compte-rendu ici.