Règlementation Actuelle

Une taille minimale de capture, de 11 cm de largeur de céphalothorax,  est imposé par le Ministère de l'Agriculture, et de l'Elevage et de la Pêche conformément à l' Arrêté N°32 101/14 (MAEP, anciennement MRHP).  La mesure est prise entre les pointes du céphalothorax , à l'endroit le plus large de la carapace.

L’exportation de crabes femelles œuvés et de crabes mous est interdite. cf Arrêté n°32102/2014

A partir du 26 octobre 2020 à 00 heure au 15 décembre 2020 à 24 heures dans tout le territoire de Madagascar, la pêche, la collecte, la vente, l'achat, le transport, la conservation et l'exportation de toute forme de crabes de mangroves (Scylla serrata) (vivant, semi-conserve, congelé, entier, morceau, miette, chair, sucette) sont prohibés.

Cadre administratif et réglementaire

  • Actuellement la gestion du secteur halieutique est assurée par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP). Il incombe à la Direction Générale de la Pêche et de l’Aquaculture (DGPA) de coordonner les actions de développement des petites pêcheries ainsi que des mesures d’aménagement à appliquer sur le terrain. Cette Direction Générale est supervisée par le cabinet du Ministère et est localisée à Antananarivo.

Au niveau des régions décentralisées, sont implantées les Directions Régionales de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (DRAEP) en charge de la mise en œuvre de la politique du Ministère au niveau des Régions administratives en tenant compte de leurs spécificités. Elles sont sous la tutelle administrative du Secrétariat Général.

Il existe un découpage plus fin identifiant un chef-lieu par Région représenté par le Service Régional de la Pêche et de l’Aquaculture (SRPA) et un chef-lieu pour chaque District représenté par une Circonscription de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (CIRAEP).

Parmi les trois segments de pêches identifiés à Madagascar selon lOrdonnance 93/022 du 4 mai 1993 (traditionnel, artisanal, industriel), l’exploitation du crabe de mangrove est reconnue comme une pêche traditionnelle. Dans ce cadre, l’accès à ces ressources est libre et permet à chaque citoyen malgache de pratiquer cette activité.

Cependant des changements majeurs de l’aménagement de la filière sont intervenus à partir de 2013 en raison de l’évolution brutale du marché et de la pression de pêche.  Conscient de la fragilité de cette ressource, plusieurs mesures ont été prises par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (anciennement MRHP) pour assurer une exploitation et gestion raisonnée. Ainsi un atelier national a été organisé en octobre 2013, la réglementation pilotée par l’ex-Ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche (ex-MRHP) a instauré un total autorisé de captures annuel (PTCA) de 5000 t, un total autorisé d’exportation annuel (TECMA) de 4 250 t, une à deux fermetures saisonnières annuelles, et l’augmentation de la taille minimale de capture de 10 cm à 11 cm (Arrêté n°32102/2014). La réglementation pour la protection de l’environnement, pilotée par l’ex-Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts (ex-MEEF), a interdit toute forme d’exploitation du bois des mangroves (Arrêté 32100/2014). A partir de cette base, l’arrêté a évoluer pour mieux correspondre aux exigences en matière de protection et gestion de la ressource:

Ces mesures fortes tentant d’éviter une surexploitation rapide de la ressource ont été plus ou moins suivies en pratique. Ainsi aucun arrêté n’a stipulé de fermeture d’exploitation nationale en 2017 et 2018. Un nouvel arrêté (Arrêté 14 274/2019) voit le jour en 2019, suspendant toute exploitation de crabe de mangrove du 10 août au 31 octobre 2019. La crise sanitaire du COVID-19 a entraîné l’arrêt des exportations de crabes vivants en février 2020 tandis que les exportations de crabes congelés ont diminué.

Cependant plusieurs mesures efficaces relèvent surtout du domaine socio-économique. Il existe ainsi de plus en plus d’outils délégant la responsabilité de gestion aux communautés locales (arrêté ministériel N° 29211/2017). L’objectif est d’approcher à une gestion durable des ressources ainsi qu’un développement humain en parallèle et la participation de l’ensemble des acteurs d’une filière. Les groupements de pêcheurs peuvent ainsi demander la mise en place d’une Aire de Pêche Gérée Localement (APGL).  Le programme GELOSE , mis en place au début des années 2000, intègre les ressources halieutiques et  les forêts de mangroves à cette délégation de gestion. Il est un outil tout indiqué, au service des acteurs locaux (communautés locales de base, communaux et services déconcentrés) afin de ré-organiser les relations entres chaque parties prenantes.